L’enseignement bilingue à l’école

Depuis la rentrée 2011, l’école publique Paul Éluard dispense un enseignement bilingue français/breton.

14 000 élèves bénéficient aujourd’hui d’une scolarité bilingue français-breton. La mairie d’Hennebont, faisant suite à sa signature de la charte «ya d’ar brezhoneg » (« Oui à la langue bretonne »), a travaillé avec l’inspection d’Académie afin que cet enseignement puisse être  également proposé aux élèves de l’école publique Paul Eluard dès la rentrée 2011. La filière bilingue accompagne désormais les enfants de la petite section jusqu’au cm2.

À noter : Ces classes sont ouvertes à tous les élèves de la commune et des communes alentours lorsque ce type d’enseignement n’est pas proposé à l’école publique.

La classe est prise en charge par un enseignant bilingue de l’Éducation Nationale.

  • L’enseignement est dispensé de manière à assurer une parité d’exposition et d’utilisation des deux langues.
  • La continuité de l’enseignement bilingue s’assure tout au long de la scolarité de l’enfant, en primaire puis dans l’enseignement secondaire.

La langue bretonne est traitée comme une langue d’enseignement dans les différentes disciplines : mathématiques, histoire, EPS, éducation artistique.

L’enseignement respecte les programmes officiels de l’école primaire et est organisé dans le cadre du projet d’école.

L’évaluation en breton effectuée en 2003 dans les classes de CM2 des filières bilingues français-breton publiques a montré une maîtrise satisfaisante de la langue bretonne. Les résultats obtenus dans d’autres domaines révèlent que l’inscription en classe bilingue ne constitue pas un facteur pénalisant pour les élèves.

Les classes des filières bilingues publiques français-breton bénéficient comme les autres de l’enseignement d’une langue vivante étrangère. Le bilinguisme français-breton peut contribuer à cet apprentissage.

Côté enseignement, différentes enquêtes ont montré que les enfants bilingues possèdent:

  • une pensée plus créative
  • des compétences intellectuelles en avance dans divers domaines à l’âge de 4 et 5 ans
  • une plus grande capacité à conserver leurs compétences mentales à un âge avancé

Les résultats des enfants inscrits dans les filières bilingues sont excellents. A titre d’exemple, le pourcentage de réussite au baccalauréat des lycéens ayant suivi une scolarité bilingue est chaque année parmi les meilleures des académies de Rennes et Nantes avec un taux de réussite allant de 95 à 100%

Plus tard, dans la vie professionnelle, la double compétence français-breton permet de postuler à un nombre d’emplois toujours croissant. Il existe en effet d’ores et déjà plus de 1000 emplois directs nécessitant la maîtrise du breton dans le cadre professionnel (enquête de l’Observatoire de l’Office de la Langue Bretonne, 2006).

Les domaines où la maîtrise du breton et du français est un atout se multiplient: tourisme, médias, santé, fonction publique territoriale, vente,  animation…

Enfin, cet élan régional est relayé par les communes. Dans le cadre de la charte «Ya d’ar brezhoneg», les mairies sont de plus en plus nombreuses à se doter d’une politique linguistique pour lesquelles elles ont besoin de personnels bilingues compétents.

Le bilinguisme est d’autant plus réussi qu’il s’intègre bien à l’environnement. La langue bretonne constitue un atout à mettre au service des enfants. Apprendre le breton favorise le lien social entre les nouvelles générations et la population bretonnante. Toutefois, la maîtrise par les parents de la langue bretonne n’est pas  une nécessité, l’intérêt pour la langue est source d’une motivation suffisante pour l’enfant.

La Langue bretonne s’enracine dans une culture (les techniques professionnelles, les modes de vie et les usages pratiques d’un passé proche) dont il est important que l’enfant prenne conscience. Il s’agit de lui faire découvrir à l’école l’identité culturelle et linguistique bretonne de son environnement et de
transformer cette découverte en instrument dynamique de son développement.

Le breton enseigné est le breton écrit, unifié, qui en présente qu’une graphie, mais les enseignants s’efforcent de conserver une couleur dialectale à l’oral.  Certains enseignants créent des contacts avec les bretonnants des générations précédentes. Ces liens avec les anciens permettent également de découvrir
l’univers culturel des terroirs.

Votre navigateur est dépassé !

Mettez à jour votre navigateur pour voir ce site internet correctement. Mettre à jour mon navigateur

×