Cheval territorial

Initiée en 2016, étayée en 2017 par une série d’expérimentations, la démarche visant à intégrer le cheval comme outil de travail dans les services municipaux s’est concrétisée en mai 2018 par la création d’un service « cheval territorial ». L’attelage est à l’oeuvre depuis cet été dans les rues de la ville.

Des chevaux… et des hommes

La Ville a acquis deux chevaux de trait breton, deux hongres de couleur bai (corps marron, crin noir). Bien que frères, ils ne se connaissent pas et doivent dans un premier temps apprendre à travailler ensemble.

Excellents chevaux, ils sont tous deux à l’écoute de leur meneur, faciles à manipuler et gentils. Hébergés au haras national, où un palefrenier assurera leur entretien courant (alimentation, litière, sortie au paddock), ils seront régulièrement suivis par un maréchal-ferrant, un vétérinaire, un dentiste et un ostéopathe équins.

Âgé de 5 ans, Dispar de la Forge a déjà été attelé en simple comme en paire.

Il est habitué à la circulation en ville et a déjà participé à des opérations de débardage.

Il a également pris part à différents concours (il a fini 3e de sa catégorie au concours national 2017 d’attelage, à Lamballe).

Il peut travailler en solo ou en paire, ainsi qu’en traction ligne directe.

Âgé de 6 ans, Circus de la Forge a pour sa part été habitué à travailler en attelage simple et en traction ligne directe.

Ses très petits pas le rendent complémentaire de son frère car ils permettront de diversifier les actions qui pourront être menées par le  service.

Qui dit attelage, dit chevaux… mais aussi cocher et groom !

Morgane Gouez a été recrutée en mai 2018 au poste de formatrice attelage / meneuse. Sa mission est triple :

  • Créer et structurer le service « cheval territorial », ce qui impliquait d’acquérir chevaux et matériel, mais aussi de former en interne les grooms (co-équipiers chargés de veiller à la sécurité de l’attelage et des passagers) qui l’accompagneront physiquement à bord de l’attelage ;
  • Valider les tâches que le cheval pourrait accomplir en soutien aux différents services de la mairie ;
  • Définir le planning d’activité des chevaux dans le respect de leurs capacités et compétences et au regard de la difficulté des tâches et de la disponibilité des grooms.

De par son profil, elle sera également amenée, à plus long terme, à former de nouveaux meneurs, l’ambition étant d’acquérir par la suite d’autres chevaux et attelages afin de développer la présence du cheval utilitaire à Hennebont.

Pourquoi des chevaux territoriaux ?

Le retour du cheval dans sa dimension travail s’inscrit dans une démarche globale de développement durable et trouve son fondement dans les multiples enjeux auquel il permet de répondre.

Le cheval ne nécessite aucun combustible, n’émet pas de gaz à effet de serre ni de particules fines et ne pose pas la question du recyclage des matériaux.

Si l’on considère le coût de revient global incluant acquisition et entretien, le cheval se révèle sur certaines activités nettement plus intéressant que d’autres moyens de transport ou d’autres  prestations par engins motorisés.

 A Hennebont, la réintroduction du cheval contribue à préserver la race du trait breton qui est menacée et participe au maintien du haras national sur le territoire?

Où qu’il passe, le cheval crée du lien entre les gens, rompt l’isolement et favorise le civisme.  Découvrir l’animal, l’approcher, le caresser, le brosser… sont autant d’expériences qui permettent aux personnes âgées, aux enfants, aux personnes en réinsertion de libérer des émotions, de s’exprimer, de prendre confiance en eux et d’interagir avec autrui

Quelles missions ?

Le service cheval territorial est entré en activité dès l’été 2018, avec la mise en place :

  • d’actions à visée touristique : balades découvertes du patrimoine, balades gourmandes avec pause dégustation de produits locaux et balades découverte/initiation à l’attelage
  • de séances de médiation : en direction des enfants des accueils de loisirs et en direction des résidents des Ehpad (Etablissements d’Hébergement pour Personnes Âgées dépendantes)

   

 

 

 

 

 

 

 

Le champ des missions confiées à l’attelage sera progressivement élargi à d’autres prestations telles que l’arrosage des jardinières ou le ramassage des corbeilles publiques.

Votre navigateur est dépassé !

Mettez à jour votre navigateur pour voir ce site internet correctement. Mettre à jour mon navigateur

×